Viggo News

Viggo News

Jump to page:
RSS feed for this page
Print View Link to this newsitem

Viggo and Reda in Grazia


Source: Grazia.fr
Many thanks to Eriko for providing digital scans of the Loin des Hommes article in the 9 January 2015 edition of Grazia magazine (which includes some nice photographs by Theodora Richter):





Click to enlarge

Images © Grazia.fr.

Print View Link to this newsitem

Viggo Interview in Paris Match


Source: Paris Match.
Found By: Chrissie
Thanks to Chrissie for this brief interview.
Quote:

"Nous partageons tous la même maison"

1marratrib.jpg
© News Pictures.
Formidable acteur que le grand public a découvert dans la trilogie du «Seigneur des Anneaux» - il était Aragorn, le futur roi -, Viggo Mortensen enchaîne les collaborations avec les plus grands metteurs en scène – David Cronenberg («A History of Violence»), John Hillcoat («La Route») ou encore l'Argentin Lisandro Alonso («La Jauja»). Nous l'avons rencontré à l'occasion de la promotion du beau «Loin des hommes» de David Oelhoffen, sorti mercredi dernier dans nos salles.

Paris Match. Nous avons découvert le film place Jemaa el Fna, à Marrakech.
Viggo Mortensen. Quel moment incroyable. Je n'oublierai jamais ça. C'était beau. Nous avons tourné le film dans les montagnes de l'Atlas, c'était comme retourner chez nous. Ce que je trouve très beau, c'est d'avoir eu l'opportunité de présenter le film à Alger, à Marrakech, à Paris. Si Albert Camus avait assisté à ces moments, il aurait été très fier du film.

Le titre «Loin des hommes» est trompeur. C'est un film d'une grande humanité.
C'est dans «La Chute» qu'Albert Camus a écrit «n'attendez pas le jugement dernier, il a lieu tous les jours.» Prendre des décisions morales, c'est ce qu'il a fait toute sa vie, il a essayé de prendre toujours les bonnes décisions, pas des décisions idéologiques. Je vois cela comme le point de vue de mon personnage. Quand j'ai appris l'arabe pour le film, je me suis aperçu que le nom de ce dernier, Dariu, signifiait chez moi, ou la maison. On voit cela, à la fin du film. Même si Mohammed et Dariu sont très différents, à la fin, ils deviennent amis, ils partagent la même terre, la même région, la même «maison». On apprend cela au fil du film. Grâce à l'écoute, à faire attention à l'autre, on peut apprendre cela. Les problèmes du monde viennent presque toujours des gouvernements, des institutions religieuses, mais pas des hommes.

Votre personnage est déjà un étranger.
Oui, c'est intéressant. Quand il se confie à Mohammed, qu'il raconte des choses liées à l'enfance, il explique qu'il était un Arabe pour les Français et qu'il est un Français pour les Arabes. C'est quelque chose que l'on retrouve dans beaucoup de pays : des populations d'une immigration plus ancienne, qui se retrouvent à être dépréciées par tous, locaux comme étrangers. J'ai vécu cela. Je suis né à New York, j'ai passé mon enfance en Argentine, je viens d'une famille danoise. Je suis un mélange, comme tout le monde si l'on réfléchit bien.

Vous tournez sous la direction de réalisateurs du monde entier. C'est important pour vous cette ouverture au monde?
J'ai eu de la chance de faire autant de voyages grâce à mon travail d'acteurs. Mais je ne cherche pas à faire des films d'une nationalité donnée. Ce n'est pas question de langues, mais de rencontres. Mon rapport au cinéma est subjectif : je choisis les films que je veux voir au cinéma. J'accompagne toujours les longs métrages pour la promotion, c'est donc important de choisir une histoire que l'on aime.

Vous avez pour passion la photographie. Le film est visuellement splendide. C'est une dimension qui vous tenait à cœur?
Oui, la photographe de Guillaume Deffontaines est merveilleuse. J'ai fait des photos discrètement à côté du tournage (rires). Les paysages, les gens étaient sublimes.

Comment s'est passé votre rencontre avec Reda Kateb?
C'est une belle histoire d'amour entre deux hommes, un beau voyage. Nous avons travaillé comme une famille. Quand j'ai su que j'allais donner la réplique, j'étais très heureux. C'est un excellent comédien. Notre relation pendant le tournage fut aussi belle et intense que celle des personnages. C'était difficile pour moi de travailler en Français (il le parle pourtant parfaitement). Ce n'est pas ma première langue, toute l'équipe de David Oelhoffen m'a aidé.

Vous aimeriez réaliser un film?
J'ai beaucoup appris auprès des cinéastes avec qui j'ai tourné. J'ai deux scénarios que j'aimerais mettre en scène mais il faut que je trouve l'argent et le moment pour le faire.

© Paris Match. Images © News Pictures.

Print View Link to this newsitem

Iolanthe's Quotable Viggo



While looking for interesting new Viggo vids I came across the beautiful one below which celebrates Hidalgo. It's a while since I watched the film and I was struck all over again by what a great horse TJ is (and all the other horses that played Hidalgo) and also what a treat it always is to see Viggo acting with them. So I thought I'd do a whole Quotable celebrating the brave little horse that crossed the Ocean of Fire. Let her buck!




By the time the cameras rolled, head animal trainer Rex Peterson had selected five paint horses to play the role of the plucky mustang Hidalgo. TJ, RJ, Oscar, Doc and DC each had their special talents and enough of a resemblance that makeup and hair specialists could create one seamless character....TJ demonstrated the greatest bond with his co-star Viggo Mortensen... RJ proved to be the most agile trick horse; Oscar the best ride for actors; Doc took the lead as the main chase horse; and DC was the ultimate endurance racer.

Hidalgo - Animal Action
American Humane Association
March 2004




[Viggo] was on the Morocco set of Hidalgo, his western adventure that opens today, and he felt it necessary to remind director Joe Johnston and the rest of the crew who the star of the movie is.

It's the kind of primadonna move you might expect of a guy who has come off The Lord Of The Rings trilogy, one of the most profitable movie franchises in history..... Except that the usually self-effacing Mortensen wasn't demanding more attention for himself. He was speaking up for his horse T.J., the cream-and-sorrel nag who plays the title mustang of Hidalgo.

"People kept saying, 'Frank this and Frank that.' And I'd say, `Well, last time I checked, the movie is not called Frank Hopkins. So let's keep in mind that the horse needs to be (front and centre)."

A New John Wayne: Viggo Mortensen Saddles Up for Hidalgo
By Peter Howell
Toronto Star
5 March 2004




"[TJ's] a very small horse, you know, technically he's a pony. I mean he's about 14 Hands 2, I guess. And 14 Hands 3 and up is a horse and below is a pony, technically.

Viggo Mortensen on TJ
The Lord of the Rings & Hidalgo Star Discusses Horses, Learning New Languages, Photography and More.
FilmForceIGN
By Spence D, 2004




"They're sort of unruly these horses and they're already a pretty high-strung breed and we're all packed together knee and once the horses realize what we're up to, they're all wanting to go and they're all wanting to kill each other. I'm on this little horse, which is effective visually because he's strong, but even though he's little he's got all this personality. He's a stallion who thinks he's pretty tough so he's wanting to pick fights. It was really the most worrisome moment in a way of the whole movie, was that, not this full-tilt stuff that was kinda scary at times.'

Viggo Mortensen on the start of the race
Singin' in the Reigns
by Emily Blunt
The Blunt Review, March2004




"He's very smart. He's good at pretending he didn't hear you. He's very lazy. He definitely had a personality! I thought, "This is going to be a chore!"

Singin' in the Reigns
by Emily Blunt
The Blunt Review, March 2004




'You're not going to be able to lie to that horse. You need to ask nicely.'

Singin' in the Reigns
by Emily Blunt
The Blunt Review, March 2004




"On his own, he just came up with one reaction after another that was totally appropriate; whether it was jealousy, or possessiveness, or annoyance, or nagging me, or guilting me."

Interview with Viggo Mortensen
By Jeffrey M Anderson
Combustible Celluloid
11 February 2004




"...it's amazing to me, he picked up all these tricks and did all these things. Even the acting of being really fried and then falling down, a lot of horses wouldn't just fall like a sack of potatoes, they would go down slowly and protect themselves. And then once down, once you're fussing around and there's cameras and this and that and there's a gun and there's all this movement, they wouldn't stay there, you know what I mean? And for a stallion on top of that, they're just gonna be more touchy. And a stallion whose never worked in the movies before. It's incredible what he did. I mean we were really lucky there. It could have been a lot harder."

Viggo Mortensen on TJ
The Lord of the Rings & Hidalgo Star Discusses Horses, Learning New Languages, Photography and More.
FilmForceIGN
By Spence D, 2004




Of course, this is not to say that the success hasn't gone to the horse's head. "We would finish a scene - I got off T J, and he would follow me around, to make sure he got his close-up," Mortensen laughs.

Hidalgo - Production Notes
Touchstone Pictures
2004




'He wasn't afraid or worried about the lights, camera, or anything. He was totally calm. You know that comic strip Andy Capp? That guy with his hat? I just think of him like that. He would just be there like, 'Whatever.'''

Viggo Mortensen on TJ
The Lord of the Rings & Hidalgo Star Discusses Horses, Learning New Languages, Photography and More.
FilmForceIGN
By Spence D, 2004




Mortensen was fascinated with the David-versus-Goliath nature of the story. "The odds are stacked against Frank," he continues. "Compared to the Arabian horses, the mustang Hidalgo looks like a little dog. A pony, next to their steeds. But though the race is his redemption, it's not winning the race that's important - it's that Frank is there at all.

Hidalgo - Production Notes
Touchstone Pictures
2004




'He was just a fascinating individual and I wanted to stay in touch with him,' Mortensen says.

Viggo on why he bought TJ
'King' Star Returns To The Screen, Riding High
Star Telegram
By Todd Camp
6 March 2004




Mortensen arrives at the Stephen Cohen Gallery caked in mud, having just been riding T.J., who plays the title role in Hidalgo ….and then washing him and giving him a conditioning treatment. "We don't do that all the time," Mortensen says. "He's not a pretty-boy horse."

Finding Viggo
By Alex Kuczynski
Source: Vanity Fair magazine
January 2004




'I've been lucky with both the horses and the people that I have worked with. The same thing applies to the people as to the horses: if you ask politely and earn their trust and respect, the job is a lot less strenuous and you get better results.'

Viggo Mortensen
Our Kiss Was Just a kiss
By John Millar
Hot Stars
27 March 2004



You will find all previous Quotables here.

© VIggo-Works/Iolanthe. Images © Touchstone Pictures/Buena Vista Pictures.

Print View Link to this newsitem

Viggo Mortensen et Reda Kateb, des hommes singuliers


Source: Grazia.
Found By: Chrissie
Iolanthe brings this very nice article from Grazia.
Quote:
ldh_grazia.jpg
© Grazia.fr.
by Pascaline Potdevin 15 Jan 2015

La première fois qu'on les a vus ensemble, c'était à Marrakech, place Jemaa el-Fna. Viggo Mortensen et Reda Kateb y ouvraient, devant 7 000 personnes, la projection de Loin des hommes, de David Oelhoffen, à l'occasion du Festival du film. L'adaptation d'une nouvelle d'Albert Camus, L'Hôte, dans laquelle un instituteur (Mortensen) est contraint d'escorter un paysan accusé de meurtre (Kateb) vers la prison la plus proche. Pris dans un Atlas hostile, en pleine guerre d'Algérie, les deux hommes devront gommer leurs différences pour survivre. Devant les 7 000 personnes réunies ce soir-là, Viggo Mortensen et Reda Kateb ont rappelé, en arabe s'il vous plaît, combien ils étaient heureux de revenir au Maroc où a été tourné le film. Une semaine plus tard, à Paris, on les sentira plus émus à l'évocation de ce souvenir que par n'importe quel tapis rouge. Entre l'acteur français, qui commence à installer son aura sensible et animale dans notre cinéma d'auteur, et la star américano-danoise, aussi bien adulée pour ses rôles chez Cronenberg que dans Le Seigneur des anneaux, la distance n'est pas si grande. Exigeants, curieux et voyageurs, les deux hommes se ressemblent et mènent leur vie et leur carrière selon des préceptes élégants, presque d'un autre temps. Ensemble, et séparément.

Etre cosmopolite

Outre l'histoire, c'est son personnage qui a poussé Viggo à tourner et coproduire Loin des hommes : "Daru est un homme ouvert au monde, avec une enfance multiculturelle. Moi, je suis né aux États-Unis, mais j'ai passé mon enfance en Argentine. J'ai un père danois, une mère américaine… cela m'a aidé." Ainsi que plusieurs allers-retours, avant le tournage entre l'Algérie et l'Espagne, où il vit. Reda Kateb est, lui aussi, en mouvement perpétuel : d'origine algérienne, mais aussi tchèque, italienne et espagnole par sa mère, il a toujours voyagé (son plus beau souvenir reste un stage de musique
en Inde), et tourne de plus en plus à l'étranger. Après avoir été torturé dans une prison jordanienne pour Zero Dark Thirty, il a tourné à Detroit Lost River, le (très attendu) premier film de son "pote" Ryan Gosling : "Ce sont les journalistes qui le présentent comme ça, sourit-il. C'est vrai qu'on a fait ce film et qu'on l'a présenté à Cannes dans l'amitié. Après, je pourrais aussi vous parler de mon pote Loïc, qui est informaticien, et que personne ne connaît." Mais qui, lui, on l'espère, se reconnaîtra.

Rester simple

"Si vous mangez avec Viggo, il va débarrasser votre assiette." Non, ceci n'est pas un proverbe local, mais une anecdote importante pour Reda. "On a souvent tendance à placer les acteurs au centre des choses. Or, Viggo se met au service d'une histoire et d'une équipe. Voir un acteur, avec un tel niveau d'expérience et de notoriété, cultiver cette démarche, film après film, ça me rassure." La preuve à Paris, dans une suite d'un palace louée pour la promo de Loin des hommes. Ensemble, Viggo et Reda ont enchaîné les interviews, prenant à peine le temps de griller une cigarette sur un minibalcon battu par le vent. Et la star américaine de faire l'éloge de son partenaire : "On voit souvent des gens devenir célèbres sans être sûrs qu'ils font du bon travail. Pas Reda. Il mérite toute l'attention qu'on lui porte aujourd'hui. Même si nous ne parlons pas la même langue, son talent m'a aidé. Il a renforcé ma conviction qu'il est important de travailler avec l'autre, pour l'autre. J'espère que j'ai fait la même chose pour lui." Visiblement, oui.

Etre exigeant


De Loin des hommes, on retiendra la beauté d'un film humain et de paysages minéraux, sublimés par les guitares de Nick Cave et Warren Ellis. Et le fait que Viggo Mortensen joue entièrement en français et en arabe. Un défi de taille, même pour un acteur qui parle sept langues. Mais qui participe d'une éthique de travail : "Je crois qu'on est, chaque jour, dans un état de construction permanente de soi. La vie, le travail, c'est un jeu qui change constamment. Si on ne bouge pas, on ne peut pas jouer." Même souci de la prise de risque pour Reda : "J'interprète un berger algérien dont la vie est totalement différente de la mienne. Il marche depuis toujours dans des paysages qui ne sont pas obstrués par des immeubles. Ça donne un regard différent : j'ai rencontré des gens comme ça, qui ont tellement l'habitude de contempler l'horizon qu'on a l'impression que leurs yeux vous traversent. Être crédible dans ce rôle, c'était un challenge. Mais le plus difficile serait de faire un film où il n'y en aurait pas du tout."

Avoir de nobles intérêts

Entre deux gorgées de thé matcha (dont il trimballe un sachet en permanence avec lui), Viggo Mortensen nous parle avec fougue d'Albert Camus : "Je sais qu'il est passé de mode en France, depuis sa querelle avec Sartre. C'est dommage. J'ai relu toute son œuvre et j'ai appris à respecter l'homme, son point de vue moral. Il a essayé d'apprendre, de vivre de façon juste, et de l'être avec les autres." Acteur éclairé, Viggo est aussi peintre, poète et musicien, et dirige une maison d'édition, Perceval Press. Reda, lui, dit choisir ses projets selon leur portée humaniste, sinon engagée. Mais ne croyez pas qu'ils n'ont fait que philosopher dans les montagnes de l'Atlas. Reda Kateb se souvient de soirées passées à rire aux anecdotes de tournage du Seigneur des anneaux, à s'échanger des playlists (gnawa pour Reda, blues et flamenco pour Viggo) et à regarder du foot à la télé. Fervent supporter de l'équipe argentine de San Lorenzo de Almagro, venue disputer la Coupe des clubs au Maroc, Viggo avait brandi, ce soir-là, à Marrakech, le drapeau de son club. Quinze jours plus tard, il était de retour dans la Ville rouge, pour l'encourager en finale (perdue) contre le Real Madrid. Du cinéma, du foot et de nobles intérêts : la marque contemporaine des hommes de qualité.

© Grazia.fr. Images © Grazia.fr.

Print View Link to this newsitem

Viggo Interview in Premiere


Source: Premiere.
Found By: Chrissie
Many thanks to Chrissie for bringing us this interesting interview.
Quote:

Viggo Mortensen: "Je sais que je pourrai revoir Loin des hommes dans 20 ans et en être toujours fier"

6ldhcap.jpg
© One World Films.
by Damien Leblanc

Rencontre avec l'immense Viggo autour du western dans l'Algérie en guerre de David Oelhoffen.

Dans Loin des hommes, adaptation par David Oelhoffen d'une nouvelle d'Albert Camus (L'Hôte, publiée dans le recueil L'Exil et le Royaume), Viggo Mortensen joue un instituteur français d'origine espagnole qui vit en Algérie au moment où démarre la guerre. Pour ce film sur lequel il s'est aussi engagé en tant que coproducteur, le comédien joue pour la première fois en français, mais aussi en arabe. Il parle ici de sa collaboration avec Reda Kateb, de son attachement à Albert Camus et de sa vision du star-system.

Vous dites souvent que le métier d'acteur permet d'apprendre continuellement et de rester en éveil. Qu'est-ce que Loin des hommes vous a appris?

Tant de choses. L'arabe, déjà. A mieux parler le français ensuite. Mais aussi l'Histoire de l'Algérie, l'Histoire de France, celle du XXème siècle. J'ai découvert les paysages de l'Algérie, les montagnes de l'Atlas, je me suis davantage familiarisé avec la pensée d'Albert Camus, écrivain et homme juste que j'admirais déjà avant le projet. L'idée était que mon personnage, Daru, soit un peu comme Camus et qu'il fasse l'effort de prendre des bonnes décisions chaque jour.

Votre personnage est forcé à se positionner alors qu'il a toujours aimé naviguer entre différentes cultures. C'est aussi ça qui vous a attiré?
Oui, je crois que tout bon drame parle d'hommes ordinaires plongés dans des situations extraordinaires. Daru est un être compliqué, il est à lui seul un mélange de cultures et de langues, il vit en Algérie, dans la même région que Mohamed, le personnage de Reda Kateb, mais il a des parents andalous et sa langue maternelle était l'espagnol avant qu'il n'apprenne le français à l'école. Il a été soldat de la France Libre pendant la deuxième guerre mondiale puis il enseigne désormais à des enfants algériens. Camus a écrit dans Les Justes que « C'est tellement plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre ». Je suis totalement d'accord avec ça.

Le réalisateur David Oelhoffen présente le film comme un western. Vous avez déjà tourné dans plusieurs films qui flirtent avec le genre, comme Appaloosa ou Jauja(qui sortira en France le 29 avril 2015, ndlr).
Je n'aime pas beaucoup classer les films en genres mais on peut dire que le film de Lisandro Alonso, Jauja, est une sorte de western existentiel, oui. Loin des Hommes et Jauja ont en commun des décors de western et décrivent chacun à leur manière une situation coloniale où les Européens entrent dans un paysage déjà habité par d'autres populations en cherchant, jusqu'à un certain point, à imposer leur culture.

Le duo que vous formez avec Reda Kateb occupe le coeur du film. Comment s'est passée cette collaboration?
Pour un tel projet, c'était très important d'avoir un bon comédien en face, quelqu'un avec qui on puisse communiquer par les gestes, par le regard. J'ai eu beaucoup de chance de travailler avec Reda car le courant est bien passé, et j'estime que le bon rapport humain entre les acteurs constitue la base d'une interprétation réussie. La façon dont mon personnage et le sien arrivent à réagir l'un à l'autre vient de notre entente sur le plateau.

Daru aimerait s'extraire du tumulte du monde, mais il est contraint de prendre des décisions fortes. Est-ce que cette idée d'engagement anime aussi vos choix de comédiens?
J'aime établir des liens avec les gens, je préfère ça plutôt que d'être en conflit avec eux. Pour ça, il faut chercher à comprendre les autres, il faut du temps pour s'écouter, pour vivre ensemble, pour voyager et voir d'autres cultures. Pour Loin des hommes, j'ai relu tout ce que je connaissais déjà d'Albert Camus, mais j'ai aussi découvert sa correspondance avec René Char et j'ai lu ce qu'il avait écrit en tant que journaliste en Algérie avant la deuxième guerre mondiale. C'était très éclairant pour moi.

On ne peut pas s'empêcher de voir un peu d'Aragorn dans votre personnage, de sa noblesse et sa lucidité, qui s'exercent là aussi dans des paysages naturels majestueux.
Je comprends qu'on fasse des connexions entre mes films et ça ne me dérange pas. Les spectateurs penseront à Aragorn jusqu'à la fin de ma vie, parce que la trilogie de Peter Jackson était un phénomène culturel et cinématographique mondial. Ca m'a donné beaucoup d'opportunités, notamment celle de travailler avec David Cronenberg ou de jouer le Capitaine Alatriste. On a besoin d'un peu de chance dans la vie mais il faut bien ensuite gérer les opportunités qui arrivent.

Vous éditez des poèmes et faites de la peinture. Est-ce que vous aimeriez désormais réaliser des films?
J'avais écrit un scénario il y a quinze ans, c'est un film que je voulais tourner au Danemark mais je n'ai pas trouvé l'argent nécessaire. J'en ai écrit un autre depuis, qui est lui aussi une sorte de western. On va voir comment ça évolue. Mais j'ai appris en travaillant avec David Oelhoffen que si on a vraiment envie de faire un film, on doit aller au bout et ne pas se poser mille questions. On trouvera toujours les moyens pour le réaliser si l'on y croit vraiment, et on doit prendre le temps de bien se préparer si l'on souhaite que le résultat soit à la hauteur. Et je pense qu'il faudrait que j'arrête le travail d'acteur pour trouver la concentration et l'énergie nécessaires.

Quel regard portez-vous aujourd'hui sur Hollywood, auquel vous restez extérieur?
Il y a toutes sortes de réalisateurs, de comédiens et d'histoires qui se tournent aux Etats-Unis, on n'y produit heureusement pas un seul genre de films. Hollywood c'est avant tout une idée, plus qu'un lieu. Il y a de grands réalisateurs aux Etats-Unis, mais aussi en France, en Espagne, partout. Moi je suis prêt à travailler avec un réalisateur quelle que soit la langue ou le pays d'origine du film, c'est vraiment le sujet qui m'importe et il faut que ce soit un film que je serais curieux de voir au cinéma.

Vous êtes beaucoup sollicité par des grosses productions hollywoodiennes, pour jouer par exemple un méchant dans un film de super-héros?
Ca m'arrive oui. Mais quand je dis oui à un film indépendant et singulier comme Loin des hommes, ça prend du temps pour réunir les financements, l'équipe technique. La préparation de films comme Loin des hommes ou Jauja peut aller jusqu'à deux ou trois ans, et pendant ce temps j'ai reçu des propositions pour de gros films que j'ai préféré décliner. Car j'ai l'habitude de rester jusqu'à la fin d'un projet même si ça me fait perdre des opportunités. Je comprends bien qu'il y a des conséquences et qu'on risque de m'oublier si je ne fais pas un film à très gros budget au bout de quatre ou cinq ans. Mais je gagne beaucoup plus de choses que je n'en perds au final. Je sais par exemple que je pourrai revoir Loin des hommes dans vingt ans en sachant que c'est un bon film qui valait la peine d'être fait, et dont je peux être fier.

Loin des hommes possède en effet un propos et une structure très universels, comme hors du temps.
Oui, et j'espère que le film va plaire en France. C'est déjà une victoire que Loin des hommes ait pu être montré à Alger et à Marrakech. On a aussi vendu le film en Israël et à plusieurs pays arabes. Je crois que c'était la façon de penser de Camus, il est important de créer des liens pour que les gens essaient de se comprendre. Ce qu'on voit dans Loin des hommes peut faire penser à ce qui se passe actuellement en Syrie, ou bien à l'Egypte, au Liban, à l'Irak, à la situation entre Israël et la Palestine, ainsi qu'à l'Histoire de la France et de ses rapports avec l'Afrique et le Moyen-Orient. C'était essentiel de faire un film qui prend ainsi comme toile de fond la Guerre d'Algérie mais qui n'est pas une œuvre idéologique. Car le film traite avant tout des thèmes de l'amitié et de la compréhension et ce sera très intéressant pour moi de voir les réactions critiques et publiques dans les différents pays où le film sera projeté.

© Premiere.fr. Images © One World Films.


Display options:
From:                
To:                
Categories:
Order by:        
Jump to page:
RSS feed for this page
Last edited: 1 March 2015 18:13:57